Pour Fanny Lamarre, le demi Ironman de Tremblant aura une saveur particulière

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Fanny Lamarre intensifie son entraînement à l'approche du demi Ironman de Tremblant le 24 juin.

Le 24 juin, Fanny Lamarre, une résidante de Sainte-Thérèse, n'agitera pas de petits drapeaux du Québec en bordure d'une rue quelconque, mais poussera son corps à la limite, lors du demi Ironman disputé à Tremblant. Ce sera son quatrième en dix ans.

Malgré ses deux emplois qui totalisent une soixantaine d'heures par semaine, Fanny Lamarre s'entraîne à peu près à tous les jours: vélo, course à pied, mur d'escalade, musculation. «Le besoin de m'entraîner, de me dépasser, je suis pognée avec ça! Quand je ne cours pas deux jours de suite, je capote! Je n'arrêterai jamais», nous dit-elle.

Cette athlète de haute performance a nagé dix ans au niveau national, avant d'ajouter le vélo et d'essayer le triathlon en 1999: elle finit première lors de cette première tentative. «Ça m'a donné la piqûre!», explique-t-elle.

Au début des années 2000, elle subit un grave accident de la route alors qu'elle est en vélo, elle doit être opérée et s'en sort avec une douleur chronique à la hanche. «Physiologiquement j'avais ce qu'il fallait pour performer. Mais je n'ai pas eu le temps d'exploiter mon talent. J'ai continué à courir, mais toujours avec une douleur à la hanche», résume Fanny Lamarre.

Ce qui ne l'a pas empêchée de participer à trois demi Ironman, à des triathlons presqu'à chaque année et à de nombreuses courses à pied. Toujours avec une douleur qu'il faut contenir, apprivoiser. Malgré tout, Fanny a remporté de nombreuses courses au fil de ces derniers dix ans. «Généralement je gagne mes courses. Je suis très compétitive.»

Au moment où nous l'avons rencontrée à la fin mai, elle venait de faire l'expérience d'une canne de massage, qui ajoutée aux chaussures dites minimalistes, avait réussi pour la première fois en dix ans à faire disparaître complètement la douleur chronique qu'elle ressent. «C'était la première fois hier que je ne ressentais pas de douleur. Je me sentais comme une neuve!», nous disait-elle le 31 mai.

Alors, le demi Ironman de Tremblant (1,93 km de nage, 90,1 km de vélo, 21,1 km à pied) prend une dimension toute particulière pour l'athlète de Sainte-Thérèse. Pour la première fois depuis fort longtemps, la compétitive Fanny Lamarre pourra pousser à fond sa machine physique, sans penser à la douleur. Peut-être!

Prudente, l'athlète ne se donne pas d'objectif précis pour cette compétition du 24 juin. «Je vais suivre ma jambe, je vais voir comment elle file! Et il va y avoir des gens de tous les pays, je ne connais pas le niveau de compétition. Dans mon cœur, j'y vais tout le temps pour arriver première, mais c'est ma jambe qui va décider.»

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/JournalCourrier) et Twitter (@JournalCourrier)

Lieux géographiques: Sainte-Thérèse, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires