Omertà, une histoire bien ficelée qui plaira…

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En salle à compter du 11 juillet

Dimanche dernier Michel Côté, le scénariste et réalisateur Luc Dionne et la productrice Denise Robert étaient de passage dans les Laurentides pour faire la promotion du film Omertà.

Après la série Omertà qui a marqué l’histoire de la télévision québécoise au cours des années 90, Omertà, le film, prend l’affiche dans les salles de cinéma et les ciné-parcs à compter de ce mercredi 11 juillet et les adeptes de film d’action et de suspense ne voudront certainement pas manquer ça...

Si la trame de fond du film écrit par le réputé Luc Dionne et produit par Denise Robert est restée la même (la mafia) que celle de la télésérie (Omertà, la loi du silence a été diffusée en trois saisons d’un total de 38 épisodes de janvier 1996 à avril 1999 sur les ondes de Radio-Canada), le film nous amène dans un tout autre registre. Un scénario plus serré (cinéma oblige) rempli de rebondissements inattendus et livré par des acteurs au meilleur de leur forme.

L’ histoire

En fait, du début à la fin, l’histoire d’Omertà laisse le spectateur au bout de son siège, en attente de nouveaux développements, dont certains sont surprenants.

Alors que Sam Cohen (Stéphane Rousseau), un criminel notoire, est mystérieusement libéré de prison, l'ancien policier Pierre Gauthier (Michel Côté), qui dirige maintenant Pulsar International, reçoit de son ancien patron à la Sûreté nationale, Gilbert Tanguay (Michel Dumont), le mandat d'infiltrer un restaurant connu des policiers pour ses activités liées au crime organisé. Pour se rapprocher de Cohen et du gérant du restaurant, Steve Bélanger (Patrick Huard), Gauthier mandate Sophie (Rachel Lefevre), qui se fait engager comme gérante. Elle découvre un complot visant à remplacer des lingots d'or des réserves fédérales nord-américaines par des faux. L’enquête de Gauthier vient cependant interférer avec celle de la Sûreté, qui observe depuis longtemps les manigances de la mafia, menée par le parrain Dominic Fagazi (René Angelil).

Jouer aux cow-boys

Les adeptes de la série Omertà, ne retrouveront que très peu des comédiens qui ont fait notre ravissement au cours des trois saisons, si ce n’est que Pierre Gauthier, Gilbert Tanguay et Tony Potenza (Paolo Noël), le conseiller du parrain.

Une fois de plus excellent comme c’est son habitude, le comédien Michel Côté a, de son propre aveu, beaucoup aimé reprendre le rôle qui l’a rendu populaire dans la télésérie.

« On voit que Gauthier n’a pas changé tant que ça. Il est maintenant propriétaire d’une grosse agence de sécurité et s’occupe de sa famille. N’empêche qu’il a toujours gardé le goût du risque (il fait à quelques occasions des incursions inattendues et risquées dans des endroits où il n’est pas particulièrement le bienvenu) et n’a pas perdu sa confiance en lui… » raconte-t-il au cours d’un passage à Sainte-Adèle dimanche dernier pour la première médiatique du film dans les Laurentides.

Et n’allez surtout pas croire que Côté s’est fait tordre le bras pour reprendre la peau du personnage. Même s’il a eu une petite appréhension.

« Ce qui m’achalait un peu, c’était de savoir qui j’impressionnerais en refaisant Pierre Gauthier. Par contre, je dois avouer que j’ai dit oui tout de suite quand on me l’a demandé » confie-t-il, mais en avouant que ce rôle (aux antipodes d’autres qu’il a tenus au cinéma au cours des dernières années) lui permettait un plaisir certain. « Nous autres, les gars, on aime bien jouer aux cow-boys… »

Une suite?

S’ il est visiblement satisfait du résultat du film, le scénariste et réalisateur Luc Dionne en est un autre qui s’est fait plaisir avec Omertà, le film. Même s’il y a quelques années après le dernier épisode d’Omertà la loi du silence III, on était bien loin d’un film dans l’esprit de Luc Dionne. « Après la série, je disais plus jamais. J’en avais assez des histoires de bandits et de policiers… J’ai fait d’autres choses par la suite (notamment la télésérie Le dernier Chapitre ainsi que les films Monica la mitraille, Aurore et L’enfant prodige). Puis j’ai trouvé cette histoire de métaux précieux et j’ai eu le goût d’en faire un film » souligne Luc Dionne. Quant à savoir s’il y aura une suite au film, Dionne sourit à la question du représentant du Journal Le Nord. Deux raisons motivent une suite. Sans trop en dire : la fin du film ne tourne pas à l’avantage de la mafia et le parrain a promis de se venger. Par ailleurs, Pierre Gauthier est en rogne suite au meurtre d’un être cher. « Étant un ami de Pierre Gauthier, je me dis que je ne le laisserais pas dans cet état-là… » lance Dionne. L’avenir nous en dira plus…

Organisations: Radio-Canada, Pulsar International, Sûreté nationale Monica Journal Le Nord

Lieux géographiques: Sainte-Adèle, Laurentides

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires