Redécouvrir les Laurentides en 300 pages

Mathieu Ste-Marie
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lancement du livre « Flâneries Laurentiennes »

Les quatre auteurs Lyne Rouillé, Pauline Vincent, Monique Pariseau et Ugo Monticone et les éditeurs Marcel Broquet et Rosette Pipar.

Quelle région a eu la première ligne de train électrifié, a connu la première randonnée de ski de fond, compte la plus petite municipalité en nombre d’habitants et présente la plus importante exposition de céramique en Amérique du Nord? Les Laurentides dévoilent les quatre auteurs du livre « Flâneries Laurentiennes » qui est sur les tablettes des librairies à travers le Québec depuis lundi.

Pendant plus de deux ans, Ugo Monticone, Monique Pariseau, Lyne Rouillé et Pauline Vincent ont fait un important travail de recherche pour livrer ce bouquin qui transportera le lecteur dans une aventure historique, touristique et littéraire des Laurentides.

En près de 300 pages, les auteurs d’expérience nous font découvrir les huit MRC de la région – une par chapitre- et la presque totalité des municipalités du territoire. Chacune d’elles renferme une histoire bien particulière. « Nous aurions pu écrire un livre pour chaque municipalité », a affirmé Mme Pariseau lors de la présentation du livre à l’Unicafé à Saint-Jérôme, lundi.

Comme la culture est omniprésente dans les Laurentides, les écrivains ont laissé une place de choix aux auteurs laurentiens. 148 d’entres eux, dont le plus célèbre est Gaston Miron, sont représentés sous la forme d’une courte biographie, parfois accompagnée d’un texte ou d’un poème lié à leur passion des Laurentides. « Je trouve intéressant de faire le mariage entre la culture et le tourisme. En ce sens, ce livre est un bel outil », a lancé M.Monticone.

Un guide fondateur

Un aspect original de l’ouvrage est la présence du Curé Antoine-Labelle qui, après avoir colonisé les Laurentides, redécouvre plus de 100 ans après sa mort la région avec le même franc-parler qui le caractérisait. « Il revient exposer sa vision des Laurentides », relate le jeune auteur Ugo Monticone. Le curé Labelle servira de guide tout au long du livre.

On se doute que le territoire laurentien a bien changé depuis la colonisation à commencer par le nom. « Le terme Laurentides n’existait pas à l’époque. Le curé Labelle a toujours désigné la région comme étant les Cantons du Nord », souligne Mme Rouillé.

Des blocs « Monsieur le curé aimerait ajouter que… », sont insérés à quelques endroits dans le bouquin.

Des embuches

Les auteurs se sont butés à un heureux problème lors de la réalisation du projet : le livre contenait beaucoup trop de pages. « Nous avons dû retrancher environ 300 pages », confie Pauline Vincent. L’éditeur Marcel Broquet trouvait plus intéressant de conserver un format de poche plutôt qu’une « brique » qui se transporte mal. La publication d’une seconde version plus longue n’est pas écartée.

Un autre problème a été le manque d’information sur certaines petites municipalités et les informations souvent contradictoires. « Des documents, la municipalité et les sites internet se contredisaient à certaines occasions. À travers tout ça, nous devions statuer », explique M.Monticone.

Mieux connaître la région

« Les gens vont se rendre compte que Curé-Labelle n’est pas seulement une route et Augustin-Norbert-Morin n’est pas qu’une polyvalente », lance Mme Rouillé.

Sa collègue Monique Pariseau abonde dans le même sens. « Je suis prêt à parier que tout le monde va apprendre quelque chose ».

Les quatre auteurs ont redécouvert leurs Laurentides, leur région d’adoption, avec laquelle ils sont tombés en amour. « Ce livre a fait naître un grand sentiment d’appartenance pour ma région d’adoption. Je suis tellement fière d’être laurentienne », a affirmé Mme Vincent.

De son côté, l’éditeur Marcel Broquet a souligné que « plus jamais, je ne verrai les Laurentides avec le même regard. Ce livre propose une nouvelle façon de mieux connaître ou de redécouvrir cette magnifique région ».

Les auteurs constatent que l’ouvrage n’aurait pas pu voir le jour sans le soutien financier de la CRÉ et la collaboration des gens de la communauté qui ont cru au projet.

Organisations: MRC, Unicafé

Lieux géographiques: Les Laurentides, Amérique du Nord, Québec Saint-Jérôme Cantons du Nord CRÉ

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires