Le monde étrange

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Laurianne Fortin de l'Académie Sainte-Thérèse, finaliste dans la catégorie secondaire deuxième cycle. Photo: Gabrielle Doutre

Pour Tim, la vie avait toujours été très simple. Il allait à l’école, jouait à la bale avec ses amis et rentrait chez lui pour souper avec sa famille. C’était à proprement dit un garçon normal. Il n’était ni sportif ni studieux, ni vilain ni un ange, ni extraverti ni timide. Son jouet préféré était un camion de pompier et Superman était son héros favori.

Un jour, alors qu’il revenait des vacances d’été, il remarqua que les gens autour de lui avaient changé. Les filles qu’il s’amusait à taquiner étaient maintenant six fois sa taille. Il ne pouvait voir le dessus de leurs têtes mais il aurait juré que leurs sommets étaient recouverts de neige et peut-être surplombés d’un drapeau. Quant aux garçons, la plupart n’avaient pas changé bien que certains se promenaient avec une chenille poilue au-dessus de leurs lèvres et des bonbons aux cerises écrabouillés sur le visage. La seule différence majeure chez ses amis était leurs voix. Un virus s’attaquant aux cordes vocales devait circuler dans l’école.

Au début de l’année scolaire suivante, il eut le choc de sa vie. Ses amis, tout à fait normaux quelques semaines auparavant, s’étaient transformés en monstre s difformes à l’allure hideuse. Tim n’osa pas trop en parler pourtant, trop effrayé par le monde étrange qui l’entourait maintenant. Puis, avant même qu’il ne s’en rende compte ses habitudes avaient elle aussi changé. Au lieu d’aller courir avec ses amis et de se lancer une balle, ils s’assoyaient en rond et se passait du papier roulé qui fumait. Au lieu d’aller sous les arbres regarder sous les jupes des filles qui grimpaient, il allait chez elle regarder sous leurs chandails.

Un jour, il comprit pourquoi tout lui semblait avoir changé. Ce jour-là, il se regarda dans le miroir. Il ne vit pas la chambre d’enfant avec le lit en forme d’auto de course, les figurines de Star Wars et les affiches de Bob l’éponge. Il ne vit pas l’enfant enjoué, amusant et sympathique qui semblait pourtant être encore là la veille. Il ne vit qu’un ado aux yeux rouges complètement perdu cherchant sa place dans la vie.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires