Le Petit Peuple a besoin de partenaires pour «Faire une différence»

Claudine Mainville
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tout en présentant un bilan des activités et réalisations du Petit Peuple au cours de la dernière année, des jeunes et des aînés ont illustré les impacts bienfaisants de l’entraide intergénérationnelle, en motivant un appel au soutien de nouveaux et anciens partenaires, pour sa 23e année d’activités.

Pour «Faire une différence», dans la vie des jeunes, des aînés, des communautés en difficulté, et dans notre propre société, le Petit Peuple, tend la main une fois de plus pour ajouter des partenaires qui soutiendront pour les trois prochaines années, les missions de l’organisme. «Nous amorçons notre 23e année, sans que nous n’ayons de soutien financier stable et suffisant pour maintenir la permanence et donc l’accès à notre maison, aux services et activités pour les jeunes, pour les aînés et nos projets. En recherche continue de fonds, l’instabilité pèse lourd sur la croissance et le développement du mouvement, parce que davantage d’aînés ont besoin de nos jeunes et que nos jeunes ont besoin du soutien de l’animation constante à la maison et des échanges avec nos aînés pour grandir», a expliqué Pierre Massie.

Comme les participants l’ont démontré dès le début de la rencontre, dans une mise en scène aussi simple que signifiante, «La bougie ne perd rien de sa lumière en la communiquant à une autre bougie». Une personne isolée reçoit un peu de lumière d’une autre personne, parfois avec des besoins aussi grands, mais que le geste apaise et réconforte.

L’an dernier avec le député Daniel Ratthé, l’organisme avait lancé le regroupement de partenaires engagés à maintenir leur soutien durant trois ans, d’autres membres manquent encore à l’appel pour assurer l’accessibilité constante. «Les projets des jeunes s’autofinancent, là n’est pas le problème. Une base stable est requise pour assurer le secrétariat, la réponse aux demandes, et une référence constante pour notre organisme», rappelle Pierre Massie, président.

De plus, cette année, soit dès novembre prochain, une fidèle du mouvement, Geneviève Morrissette quitte son poste après dix ans de travail précaire, mais d’engagement inconditionnel.

Au cours de la dernière année, de jeunes volontaires sont allés à Port-de-Paix en Haïti pour aider les jeunes orphelins et égayer leur quotidien. «Je veux y retourner, ces enfants sont tellement attachants, on veut tout leur offrir et ils nous donnent beaucoup», a répété Valérie Demers. Le projet humanitaire se répétera donc cette année. Seize jeunes ont participé au programme Agir ensemble, « pour presque tous les jeunes ce programme les a conduit soit à un retour aux études ou à un travail», affirme Pierre Massie.

De plus en plus de personnes aînées ont besoin de l’aide des jeunes à leur domicile, ces personnes sont aidées gratuitement et contribuent à l’évolution des participants. Les membres du Petit Peuple accueillent aussi chaque année, une soixantaine d’enfants pour Noël, un projet profitable pour les jeunes comme pour les familles moins choyées.

La Maison du Petit Peuple est située au 500, boulevard Labelle à Blainville, 450-971-2250, www.lepetitpeuple.org.

Organisations: Maison du Petit Peuple

Lieux géographiques: Port-de-Paix, Haïti, Boulevard Labelle Blainville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires