Volkswagen Golf 2015

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La patience est de mise

Par Vincent Aubé

Sardaigne, Italie – La Volkswagen Golf est sans contredit le modèle le plus important de la marque allemande. Avec près de 30 millions d’exemplaires vendus depuis son lancement en 1974, la petite compacte est primordiale pour le constructeur même si, en Amérique du Nord, c’est la Jetta qui connaît plus de succès.

Si le marché européen va avoir droit à la nouvelle Golf 2013 d’ici la fin de cette année, c’est une tout autre histoire pour l’Amérique du Nord, puisque la septième génération du modèle sera parmi nous seulement au début de 2014 en tant que modèle 2015. La patience est donc de mise chers amis!

Le département de design n’a pas voulu trop chambouler les habitués du modèle. C’est ce qui explique la ligne familière de cette nouvelle génération. Au niveau des dimensions, la Golf gagne 56 mm en longueur, 13mm en largeur et 59 mm au niveau de l’empattement. Quant au toit, il est 28 mm plus bas par rapport à la génération actuelle.

De profil, la nouvelle mouture ne révolutionne rien, à part peut-être le fait que le large pilier C prend une courbe différente du modèle actuel. Bien entendu, les feux à l’arrière ont été remplacés pour des unités plus agressives, ces derniers étant réunis au centre par une arête qui traverse le logo du constructeur.

Le même traitement a été apporté aux blocs optiques à l’avant qui s’intègrent plutôt bien de part et d’autre de la nouvelle grille de calandre. L’élément le plus subtil, mais très important dans la ligne de cette nouvelle voiture est certainement le fait que les roues à l’avant ont été déplacées de 43 mm vers l’avant. Les quatre roues sont donc situées aux extrémités de la voiture, ce qui donne cette prestance plus affirmée.

À l’intérieur, la planche de bord respire la qualité avec des matériaux de bonne qualité, la partie centrale étant désormais orientée vers le conducteur. De plus, le modèle européen peut être livré avec trois grandeurs d’écrans tactiles (5 pouces, 5,8 pouces et 8 pouces), les deux plus grands étant équipés de senseurs qui détectent lorsque les doigts s’approchent de l’écran. Ce dernier fait alors apparaître des commandes utiles au bas de l’écran.

Encore une fois, le confort est à l’honneur dans cette nouvelle Golf, les nouveaux sièges à l’avant étant supérieurs à ce niveau. Malheureusement, le revêtement en Alcantara ne risque pas de traverser l’Atlantique dans deux ans. Quant aux places arrière, elles ont également gagné quelques millimètres supplémentaires au niveau du dégagement, idem pour le coffre.

Bien entendu, la Golf est disponible avec plusieurs types de motorisations qui carburent tant au diesel qu’à l’essence régulière. Nous avons pu essayer le 4-cylindres TDI turbodiesel de 2,0-litres d’une puissance de 150 chevaux et un couple de 236 lb-pi. L’autre moteur présent lors de cette journée d’essai, un 4-cylindres TSI turbocompressé à injection directe de 1,4-litre de cylindrée bon pour 140 chevaux, ne risque pas d’être offert en Amérique. Notre marché risque plutôt d’hériter d’un tout nouveau moteur 4-cylindres de 1,8-litre turbocompressé qui n’a rien à voir avec l’ancien 1.8T bien connu des amateurs. Évidemment, la Golf peut être équipée d’une bonne vieille boîte manuelle à 6 rapports ou une boîte automatique à double embrayage (6 vitesses dans le cas de la TDI, 7 dans le cas de la TSI).

Sur les  routes de la Sardaigne, nous avons constaté que la Golf est toujours aussi nerveuse lorsque le tracé est sinueux, tandis que son confort est toujours l’un des points forts de la voiture. Les ingénieurs ont travaillé très fort pour réduire le poids total de la Golf (jusqu’à 100 kg), ce qui devrait surtout se traduire par une facture moins élevée à la pompe. Les cotes de consommation annoncées – sur le cycle européen – plutôt impressionnantes de 4,1 L/100 km pour le moteur TDI et de 4,7 L/100 km pour le moteur essence en témoignent. 

Comme c’est souvent le cas avec les modèles populaires, cette refonte complète est timide au chapitre du design. Pourtant, Volkswagen confirme qu’il s’agit de la plus importante refonte de l’histoire du modèle. Malheureusement, il va falloir attendre jusqu’en 2014 pour en savoir un peu plus.

Forces

Qualité de finition supérieure

Mécaniques modernes

Plaisir de conduite

Faiblesses

Volume du coffre restreint

Plusieurs options exclusives au continent européen

Il faut encore attendre deux ans!

Fiche technique

Modèle : Volkswagen Golf 2013 (modèle européen)

Moteur : L4 turbodiesel, 2,0-litres

Puissance/couple : 150 ch / 236 lb.-pi.

Transmissions : manuelle à 6 rapports; automatique double embrayage à 6 rapports avec mode manuel

Suspension (av./ar.) : indépendante/indépendante

Freins (av./ar.) : disques ventilés/disques

Pneus (av./ar.) : 225/45R17 (modèle Highline essayé)

Consommation moyenne annoncée (cycle européen) : 4,1

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires