Changement profond au Québec

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On ne s'en attendait pas

Si le NPD est sur le point, selon les sondages, de remplacer le parti libéral comme le vrai parti fédéraliste au Québec, ça sera un changement de proportions renversantes.

Aussi important que la fin de l’Union-Nationale il y a trente ans.

De quoi faire passer les beaux jours de Pierre Trudeau à l’histoire !

Le Québec deviendrait une terre de droite contre la gauche, comme presque partout ailleurs au Canada et au monde, surtout au États-Unis.

Un événement comme celui-là peut-il avoir un effet entraîneur à travers le pays?

 

Qu’est-ce qui arriverait aux libéraux dans les autres provinces?

Sont-ils prêts à se faire tasser? Se joindre au parti de Stephen Harper ou celui de Jack Layton?

Les conservateurs ont raison de s'inquiéter de la menace du NPD qui est venu fausser leurs meilleurs plans bien préparés depuis plusieurs mois.

 Harper était certain il y a mois de gagner sa majorité cette fois.  Et le voilà maintenant en train de jouer « accroche qui peut. »

Les stratèges conservateurs n'ont pas tardé à re-écrire leur message cette semaine en lançant une série de pubs négatifs contre Jack Layton, espérant ralentir  « l’Orange Crush. »

Le ministre conservateur John Baird, a déclaré lors d’une entrevue que Jack Layton peut bien être un gars avec qui on veut partager une bière, mais on ne doit pas lui donner une carte de crédit.

Pourtant, le coût des promesses électorales du NPD est trois fois moindre que le coût des d’avions de chasse, super-prisons et la baisse d’impôts pour les grandes sociétés et les pétrolières de Harper.

Paul Dewar, un député du NPD, dit que les conservateurs ont raison de craindre la montée des néo-démocrates.

Le parti de Jack Layton pourrait emporter suffisamment de sièges conservateurs pour leur refuser une majorité.

Les courses à trois provoquées par la montée du NPD peuvent produire les résultats les plus inattendus.

Avec encore cinq jours qui restent avant le vote du 2 mai, on note déjà des retombés en faveur du NPD en Colombie-britannique, des bruits mystérieux en Saskatchewan, et des adeptes de « l’orange »  qui parlent de gains en Nouvelle-Écosse ou la course est maintenant à trois, avec le NPD en avance.

 

Tous cela pourrait facilement fondre comme la neige de la semaine dernière d’ici lundi prochain. 

Mais entre temps, les néo-démocrates rêvent au 3 mai comme des enfants de chœur qui ont trouvé le vin après la Messe de Pâques.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires