Un gros bruit, puis, la guerre!

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les chefs ont parlé de tout, de la constitution, de la souverainté, du prix de l'essence à la reconstruction du Pont Champlain à Montréal. Ignatieff veut un nouveau point; Harper veut réparer le vieux.

Soudainement,  dans le Centre des Conférences du Canada où avait lieu le débat, on a entendu le bruit d'une explosion vers les 21h50.

C'est venu au même moment où les chefs discutaient de guerre et de défense.

Ce n'était que les feux d'artifice pour fêter l'ouverture d'un nouveau centre municipal des congrès de l'autre côté de la rue. Mais le bruit a fait peur à plusieurs dans la salle.

Ignatieff a dit qu'il est prêt à payer tous les frais scolaires des anciens combattants qui reviennent de la guerre.

Harper a répondu qu'il est fier de nos troupes en Libye et du général Charles Bouchard. Harper a ajouté que « tout le monde est en faveur de l'achat des avions de chasse F-35 de (son) gouvernement. »

Il a ajouté: « Les chiffres sont clairs. Je suis le seul chef qui défend l'industrie aérospatiale au Québec. »

Layton a accusé Ignatieff une fois de plus d'avoir appuyé Harper 100 fois au parlement : « Il est au pouvoir à cause de vous. »

Duceppe a dit que c'est le temps d'avoir notre propre politique étrangère et une politique de la défense pour mettre fin « aux hélicoptères qui ne montent pas, et des sous-marins qui ne descendent pas. »

Duceppe était de loin le plus à l'aise des quatre chefs, même s’il n’a pas pu présenter tous les grands dossiers du Québec. Le chef bloquiste a réussi à discuter de la « place » du Québec dans le Canada. C’était son meilleur moment.

Pour une raison qui n'était pas claire, Ignatieff a dit que le Québec ne veut plus discuter de souveraineté. C'était un retour inattendu à l'époque de Pierre Trudeau. Il reste à voir quel impact cela aura à la lumière du matin. Ça pourrait lui nuire au Québec.

Tout au long du débat Harper en a dit le moins que possible. Il ne semblait pas à l'aise en français comme d'habitude lors de ses discours préparés.

Il répétait qu'il est le seul garant d'une stabilité économique.

Conclusion : on doit remarquer qu’un débat n'est pas un discours pour ceux dont le français n'est pas la langue première. Ils partent perdants. Duceppe est parti gagnant, et a fini gagnant, parce qu’il a su conserver son atout.

Comme on s'attendait, le débat était surtout entre Duceppe et Layton.

C'était Duceppe qui a paru le meilleur des deux, comme on s'attendait.

C'est lui qui a gagné le débat avec Layton et Ignatieff tous deux en bons deuxièmes.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires