La ministre Josée Verner paye bien

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

6 100 $ pour ce qui est sortie de sa bouche

À Ottawa on cherche à savoir combien d’organisateurs conservateurs ont été payés pour écrire des discours de ministres dans les derniers cinq ans.

Surtout des discours qu’on a dû réécrire après coup.

La ministre Josée Verner a payé un ancien organisateur conservateur, Luc Ouellet de la firme National Public Relations, 6100 $ pour lui écrire un discours de chambre de commerce de 1400 mots en 2009.

Ça revient à 4,35 $ du mot. Pour un contractuel à Ottawa, c’est bien payé. Malheureusement le discours a dû être réécrit par des adjoints-fonctionnaires de toute façon.

Le Journal Le Devoir rapporte que quelques mois plus tard, M. Ouellet a participé à un cocktail de financement privé pour la ministre à 500 $ le couvert et qu’il aurait lui-même vendu des billets pour l’événement.

L’activité de financement a eu lieu le 4 juin 2009, à l’Auberge Saint-Antoine, dans le Vieux-Québec. Il y avait une soixantaine de personnes présentes.

L’enquête du journal Le Devoir sur l’affaire du discours de Mme Verner a pris plus d'un an, parce que le bureau du Conseil privé qui entoure Stephen Harper refusait de divulguer le contrat.

Le discours de Josée Verner a été livré le 30 janvier 2009; c’était son seul en tant que ministre des Affaires intergouvernementales.

Elle a alors remercié et salué publiquement Luc Ouellet lors de son allocution de bienvenue. C’était aimable de sa part.

Selon la loi il est permis au gouvernement d’accorder un contrat sans appel d'offres pour des travaux de moins de moins de 25 000 $.

M. Ouellet a dit plus tard au journal que 6100 $ pour 1400 mots, c’est dans « les normes » de ce que le gouvernement Harper paye. 

Ouellet se dit un conservateur depuis très longtemps. « C'est certain que, des fois, je supporte la cause. Mais la vérité, c'est que travailler pour le gouvernement, ce n'est pas payant. Quand on divise 40 heures par 6000 $, (sic) ce n'est pas intéressant pour nous.»

Il dit avoir accepté le contrat, nous rapporte Le Devoir, parce qu'il «aime beaucoup Mme Verner».

Cela était évident; le sentiment était possiblement même réciproque.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires