Les conservateurs fêtaient de joie

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Leur stratégie avait réussi

Mardi soir après le dépôt du budget des ministres conservateurs sont allés fêter ensemble dans un luxueux restaurant d’Ottawa.

Ils étaient en liesse suite à leur brillante victoire à la Chambre des communes en se servant du budget pour provoquer les élections générales que leur chef Stephen Harper désiraient depuis longtemps.

Une douzaine de ministres conservateurs – y compris John Baird, Rona Ambrose, Diane Finley, et Ted Menzies ---  étaient attablés au chic restaurant Hy’s à trois coins de rues du Parlement.

S’y trouvaient également une poignée de députés conservateurs, des attachés politiques et des organisateurs du parti.

Ils étaient ravis d’avoir réussi à berner les journalistes en leur faisant croire que le gouvernement Harper ne voulaient pas d'élections, et que la défaite du budget était tout à fait involontaire. 

La victoire était évidente. Ils avaient réussi à déclencher des élections que personne ne voulait sans en porter l’odieux.  Mission accomplie.

Deux députés ont poussé l’affront jusqu’à dire tout haut qu’ils n’avaient jamais eu la moindre intention de se plier aux demandes budgétaires de Jack Layton du NPD.

Deux semaines plus tôt le chef néo-démocrate Layton avait rencontré Stephen Harper pour lui expliquer ce le NPD voulait voir dans le budget : soit 700 millions $ pour les aînés les moins fortunés, l’abolition de la TPS sur les factures de chauffage résidentiel et l’annulation du cadeau de 8 milliards $ en baisse d’impôts corporatifs.

Les conservateurs trouvaient brillant que leur chef puisse si facilement soutirer les priorités électorales du  « bon vieux Jack» sans céder quoi que se soit.

Ça nous sera utile durant la campagne, riait un des députés.

 « Rira bien qui. . .» 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires