La jeune « escorte » de Monsieur Carson

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tout mène au bureau du Premier ministre

Depuis la semaine dernière le bureau du Premier ministre Harper se retrouve au centre d’un des scandales les plus bizarres.  Digne des plus grands romans policiers.

Une jolie escorte « à temps partiel » fiancée à un ancien conseiller de Stephen Harper, est prise dans une affaire de lobbying pour des ventes de systèmes d’eau potable pour les réserves autochtones.

C’est aussi juteux que l’affaire Julie Couillard.

Ça va loin -- au cœur même du bureau de Harper. 

La GRC fait  enquête.

Bruce Carson a été chef du personnel dans le bureau de Harper et son conseiller particulier entre 2005 et 2009, une poste qui payait dans les 100 000 $ par année.

En 2009, Carson a quitté Ottawa pour diriger le « Canada School of Energy and Environment » à l’Université de Calgary.  Harper lui a accordé une subvention de 15 millions $ pour appuyer le travail de cette école.

Surnommé « le mécanicien » parce qu’il savait arranger les choses dans le bureau de Harper, Bruce Carson s’est fiancé à la plantureuse Michele McPherson,  une ancienne  escorte « à temps partiel » selon son site-web « Escortes-Canada. »

Michele a 22 ans. Bruce fait trois fois son âge. (Oui vous avez bien lu !)  Il habite Calgary ; elle occupe une maison de luxe qu’ils ont achetée ensemble en banlieue d’Ottawa. Ils se rencontrent lorsqu’il est en ville.

Elle est « agente » pour la compagnie, H20 Pro qui cherchait à vendre au gouvernement Harper un système de filtration d’eau potable pour les réserves autochtones du Canada, par le truchement de monsieur Carson et de ses relations d’affaires.

On parlait d’une vente dans les 200 millions. Pas des pinottes !

Elle a signé un contrat avec Carson qui lui donne 20 pour cent de tous les profits. La mère de Michele McPherson travaille aussi pour la compagnie.

Il semble que Carson faisait des visites à ses amis au gouvernement conservateur. La GRC enquêtera à savoir s’ils parlaient d’eau. C’est important parce que Carson n’est pas enregistré comme lobbyiste, comme la loi l’exige.

Le député libéral Bob Rae a dit que les Canadiens étaient  "choqués et surpris" d'apprendre que Carson avait par surcroît, un dossier criminel, au moment même où Harper l’a engagé comme conseiller.

Carson a été radié du Barreau de l’Ontario en 1981 et a fait 18 mois de prison suite à une condamnation pour avoir faussé des signatures de clients et détourné 24 000 $.

Un an plus tard, la Police d’Ottawa a ajouté deux plaintes de vol, et une accusation de faux chèque.

C’est à croire que ça n’a pas nuit à son embauche au bureau du premier ministre, car Bruce Carson a quand même réussi à obtenir sa cote de sécurité  « top secret » sans difficulté.  

Depuis une semaine Harper et les siens tentent de mettre autant de distance possible entre eux et Carson. 

Les libéraux tiennent à sortir de photos de Carson, photographié avec les proches de Harper qui ne semble plus se souvenir de la contribution du « mécanicien. »

Carson a même participé à une réunion avec le Secrétaire à l'énergie du Président Barack Obama.

Le ministre John Baird affirme que Harper ne parlait pas à Carson.   Donc, envoyait-il ses conseils à Harper par la poste ?

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires