François Legault croit toujours en ses chances dans une élection générale

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Daniel Ratthé, député de Blainville et François Legault chef de la CAQ, lors du passage de ce dernier à Blainville le jeudi 14 juin.

Malgré les résultats décevants de la Coalition Avenir Québec lors de l'élection partielle d'Argenteuil le 11 juin (3e avec 21,4 % des voix exprimées), le chef du parti François Legault croit que le résultat dans une élection générale pourrait être bien différent pour sa formation.

De passage à Blainville le 14 juin, le chef de la CAQ a rencontré les médias locaux et les participants au «Dîner au steak», une activité estivale très courue par la communauté blainvilloise.

François Legault a répété devant la presse locale ce qu'il invoque depuis l'élection d'Argenteuil pour expliquer la piètre performance de son parti. Le chef de la CAQ affirme que les gens ne font pas encore le lien entre lui et le nom Coalition Avenir Québec; «plusieurs pensent que je suis encore au Parti québécois», soutient-il, tout comme certains électeurs d'Argenteuil pensaient que le candidat de la CAQ Mario Laframboise était encore au Bloc québécois, ajoute-t-il.

Alors, que peut-il faire de plus ou de différent dans les prochains mois, pour améliorer son score à une élection générale? François Legault compte rencontrer des gens sur le terrain tout l'été, «dans des événements comme celui-ci (Dîner au steak)» et aussi les médias locaux qui seraient moins obnubilés par le conflit étudiant que les médias nationaux…

En effet, le chef de la CAQ explique aussi la notoriété plus faible que prévue de son parti par la polarisation du débat depuis quatre mois autour de la hausse des frais de scolarité et l'importance que ce dossier a pris dans les médias tant écrits qu'électroniques sur la scène québécoise.

«Notre parti existe depuis sept mois et quatre ont été occupés par la crise étudiante», rappelle François Legault, ce qui n'a pas permis à sa formation de mettre de l'avant ses propositions en matière économique, en éducation, en santé, etc.

Le chef affirme que le gouvernement actuel est en proie à une crise de légitimité qui dépasse le conflit étudiant et que seule une élection générale la plus prochaine possible pourrait dénouer l'impasse. Il croit qu'au fil d'une campagne de 35 jours, son parti pourra parler d'autre chose que du dossier des frais de scolarité et il croit beaucoup au verdict éventuel d'un débat des chefs.

Il y aura des candidats dans tous les comtés, assure François Legault et quant à la circonscription de Groulx, le flou artistique se poursuit… Après une déclaration de son député Benoit Charette à l'effet que le candidat était choisi et que les médias locaux ne pourraient pas découvrir son identité, le chef, lui, préfère parler d'un «candidat pressenti» et d'autres candidats intéressés!

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/JournalCourrier) et Twitter (@JournalCourrier)

Organisations: Coalition Avenir Québec, Parti québécois, Bloc québécois

Lieux géographiques: Argenteuil, Blainville

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires