Enterrement de première classe pour Signature Aluminium

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les travailleurs de l’usine Signature Aluminium du boulevard Labelle à Sainte-Thérèse ont manifesté une dernière fois, le 10 juin, pour exprimer leur colère et leur déception devant la fermeture définitive de l’usine en opération depuis plus de 50 ans.

Amère journée que ce jeudi 10 juin pluvieux, pour une centaine de travailleurs de Signature Aluminium, qui ont perdu définitivement leur emploi. (Photo Gabrielle Doutre)

Sur les 118 travailleurs et travailleuses qui perdent leur emploi, seulement 25 prendront leur retraite, quelque 90 autres participent à un comité de reclassement d’Emploi-Québec, pour évaluer les possibilités d’emploi de chacun.

La moyenne d’ancienneté est de quinze ans et l’âge des ex-employés de Signature Aluminium varie de 20 à 55 ans, nous précise Gilles Roland, un porte-parole des employés.

Ce qui irrite au plus haut point ces nouveaux chômeurs, c’est que l’entreprise n’a pas respecté les indemnités prévues lors d’un préavis de fermeture et comme primes de départ.

Le seul montant que vont toucher ces salariés, c’est l’allocation gouvernementale prévue dans de tels cas, la PPS (Protection pour les salariés) qui donnera net environ 3000 $ par personne, somme imposable qui sera comptabilisée lors du calcul des prestations d’assurance-emploi, affirme le conseiller syndical Luc Steben.

De plus, les difficultés financières de l’entreprise entraînent une réduction de 20 % des bénéfices du régime de retraite, et cela autant pour les retraités actuels que futurs.

On demande aux gouvernements de revoir les réglementations lors de la fermeture d’entreprises, pour mieux protéger les travailleurs, notamment au chapitre du régime de retraite.

Quant aux efforts de relance de Signature Aluminium avec un nouveau propriétaire, ils se sont révélés vains, la machinerie installée dans l’usine n’intéressant personne, a-t-on expliqué aux travailleurs. Gilles Roland exprimait en outre sa déception à l’endroit de la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant (qui est aussi présidente de la SODET), qui aurait affirmé que la présence d’une usine sur le boulevard Labelle à Sainte-Thérèse ne figurait plus dans les plans de la ville…

Photo Manif SA 0445

Organisations: Emploi-Québec

Lieux géographiques: Sainte-Thérèse, Boulevard Labelle

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires