Luc Desnoyers dénonce le virage nucléaire du budget fédéral

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desnoyers, s’inquiète du virage nucléaire engagé par le gouvernement Harper dans le récent budget fédéral. «Des spécialistes l’ont répété: l'énergie nucléaire n'est pas une énergie verte, ni renouvelable. Alors qu’une très large majorité de citoyens demande à Stephen Harper d’agir concrètement pour améliorer le bilan environnemental du Canada, notamment par la réduction des gaz à effet de serre, ce dernier fait la sourde oreille et investit dans le nucléaire, plutôt que de cesser d’accorder des avantages fiscaux à l’exploitation des très polluants sables bitumineux de l’Alberta», a déploré Luc Desnoyers.

En outre, le député s’inquiète de voir le Québec devenir la poubelle canadienne des déchets nucléaires. «Même si le Québec n’a produit à ce jour que 4 % de l’ensemble des déchets nucléaires canadiens, la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) a inclus le territoire québécois sur la courte liste des provinces qui pourraient entreposer les déchets radioactifs. Le Bloc a d’ailleurs joint sa voix à celle des députés de l’Assemblée nationale du Québec pour demander à la SGDN d’exclure le Québec de la liste des sites potentiels d’établissement d’un dépôt géologique profond», a-t-il rappelé.

Sous prétexte que l’énergie nucléaire contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement canadien a décidé de mener une vaste offensive de promotion de cette énergie au Canada et dans le monde. «Alors qu’aucune solution durable n’a été trouvée pour la gestion des déchets radioactifs, et malgré le fait que le gouvernement Harper connaisse les risques de déstabilisation politique résultant de la prolifération nucléaire, le Canada s’est tout de même joint au club international du nucléaire et se propose d’utiliser l’énergie nucléaire pour augmenter sa production de pétrole issue des sables bitumineux», s’inquiète Luc Desnoyers.

Il ajoute que, si le gouvernement fédéral voulait vraiment réduire ses émissions de gaz à effet de serre et lutter contre les changements climatiques, il investirait massivement dans les énergies vertes. «On constate une fois de plus dans le budget fédéral que Stephen Harper a ciblé l’Ontario, où se concentre l’industrie nucléaire, et l’Alberta, pour ses sables bitumineux, dans une perspective électorale. Rien pour le Québec et sa production d’énergie verte.»

Par ailleurs, le député de Rivière-des-Mille-Îles s’est vu confier la responsabilité de porte-parole du Bloc québécois en matière de sécurité publique, qui s’ajoute à celle de porte-parole en matière de travail.

Organisations: Société de gestion des déchets nucléaires, Assemblée nationale du Québec, Bloc québécois

Lieux géographiques: Québec, Canada, Rivière-des-Mille-Îles Alberta Ontario

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires