Boisbriand: Patrick Thifault regrette, reste pour l'instant et consultera ses citoyens

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Patrick Thifault et Marlene Cordato lors de la campagne électorale municipale de l'automne 2009 à Boisbriand.

À quelques heures de la tenue du conseil de ville de Boisbriand du 5 février, le conseiller municipal Patrick Thifault a fait le point sur sa situation au sein du conseil de ville, à la suite des allégations de financement illégal de la campagne électorale municipale de 2009 qui le visent directement.

Patrick Thifault soutient n'avoir reçu que 3000 $ à titre de don personnel de la part du président de la firme Génius, qu'il qualifie d'un ami de longue date. «C'est une erreur et je le regrette amèrement», a-t-il répété à de nombreuses reprises lors du point de presse.

Michel Lalonde ne lui a rien demandé en retour et cette somme n'a pas eu pour effet d'influencer des décisions éventuelles du conseiller, affirme Patrick Thifault. Quelques minutes auparavant, la mairesse Marlene Cordato avait divulgué des chiffres aux médias qui tendent à démontrer que la firme Génius n'a reçu que peu de contrats depuis 2009: des honoraires de 71 000 $, alors que sous l'ancienne administration des maires Poirier et St-Jean, Génius-Groupe Séguin aurait encaissé des honoraires de plus de 850 000 $.

Le conseiller Patrick Thifault demeure en poste pour l'instant, réfléchira à son avenir dans les prochaines semaines et les prochains mois et consultera ses commettants. De son côté, la mairesse dit qu'elle n'a pas la légitimité pour demander la démission du conseiller de son poste. Quant à son appartenance au parti et à ses fonctions au sein du conseil, Marlene Cordato précise ne pas vouloir prendre de décisions sur le coup de l'émotion et laissera retomber la pression avant d'avoir des conversations à ce sujet avec son compagnon d'armes de la première heure.

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/JournalCourrier) et Twitter (@JournalCourrier)

Lieux géographiques: Boisbriand

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • arsenault sylvain
    06 février 2013 - 11:06

    Il est inconcevable que le conseiller décide de demeurer en poste. Lorsqu'on est élu, nous avons l'obligation d'honnêteté et d'intégrité. Le jour où tu acceptes le risque et que tu laisses la porte ouverte a ce genre de don, si tu te fais prendre, tu dois faire face à la musique et démissionner. Le lien de confiance est brisé et l'image de la ville en prend son coup. C'est ce qui s'appelle êtrte un homme, de faire face ses décisions.