Enviro Mille-Îles: beaucoup de dossiers pour un petit organisme!

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Michel Durand, conférencier invité à Enviro Mille-Îles, a traité de la dépendance au pétrole et des avenues qui s'offrent aux communautés locales pour s'en affranchir.

À lire la nomenclature des «dossiers en cours» dans le bilan annuel d'Enviro Mille-Îles, cet organisme communautaire de promotion environnementale, on se rend compte de la tâche, presque démesurée, à laquelle se consacrent les quelques dizaines de bénévoles de l'organisation.

Enviro Mille-Îles tenait son assemblée générale annuelle le 29 mai, une occasion de faire le point sur les activités et de mesurer l'impact que cet organisme a sur l'évolution des enjeux environnementaux à l'échelle de la MRC Thérèse-De Blainville.

Au cours de la dernière année, Enviro Mille-Îles a mis une priorité au dossier d'aménagement d'un réseau cyclable plus intégré à Rosemère, allant même jusqu'à déposer une étude technique pour l'aménagement d'une piste cyclable sur le Chemin Grande-Côte. Le journal Le Courrier faisait état la semaine dernière des derniers développements à ce sujet, notamment du dépôt d'une pétition de 527 signatures lors de l'assemblée du conseil de ville du 14 mai.

Le dossier de la protection de la Forêt du Grand-Côteau, un boisé se situant au nord de l'autoroute 640, aux confins de Lorraine, Rosemère et Blainville, a connu une évolution favorable aux yeux des environnementalistes, avec la décision de la Ville de Lorraine d'acquérir 40 099 mètres carrés, afin de les protéger.

Enviro Mille-Îles se réjouit aussi que les municipalités de la MRC Thérèse-De Blainville aient accepté de soutenir le programme d'échantillonnage des cours d'eau tributaires de la rivière des Mille Îles, ce qui veut dire essentiellement la rivière aux Chiens dans notre secteur, afin d'avoir un portrait plus complet de la qualité de l'eau de la rivière des Mille Îles.

Dossiers de conservation en attente

Le territoire de la MRC Thérèse-De Blainville se développant toujours à vitesse grand V, Enviro Mille-Îles peine toutefois à assurer un suivi quant à la protection de plusieurs secteurs. Ainsi en est-il des tourbières de Blainville, une richesse environnementale plus difficile à vendre au grand public et aux décideurs. La tourbière située à l'ouest du boulevard Labelle serait en voie de disparaître, à la suite de nombreuses constructions de bâtiments, surtout industriels. «Tout porte à croire que le MDDEP a abandonné la conservation de cette partie de tourbière», peut-on lire dans le rapport annuel d'Enviro Mille-Îles.

Quant à la grande tourbière du nord de Blainville, Enviro Mille-Îles admet n'avoir tout simplement pas eu le temps de faire les représentations nécessaires auprès de la municipalité, pour la rendre accessible aux citoyens.

D'autres zones mériteraient aussi l'attention des environnementalistes, tels l'érablière à l'intersection des autoroutes 13 et 640, la source de la rivière aux Chiens, les marais Tylee et Langloiserie, un corridor vert dans la MRC Thérèse-De Blainville, la ceinture verte du projet du parc écologique de l'archipel de Montréal, etc.

Les personnes intéressées à en apprendre plus sur Enviro Mille-Îles peuvent visiter le site Internet www.enviromilleiles.org

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/JournalCourrier) et Twitter (@JournalCourrier)

Organisations: Le Courrier

Lieux géographiques: Territoire de la MRC Thérèse-De Blainville, Rosemère, Rivière des Mille Îles Forêt du Grand-Côteau Boulevard Labelle Marais Tylee Archipel de Montréal

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires