Lino Zambito plaide coupable à une accusation de «manœuvre électorale frauduleuse»

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L’homme d’affaires térésien Lino Zambito a finalement plaidé coupable au constat d’infraction émis par le Directeur général des élections du Québec, relatif à une manœuvre électorale frauduleuse survenue quelques mois avant les élections municipales de Boisbriand en 2009.

L’affaire avait été rendue publique par l’émission Enquête de Radio-Canada, à la suite de la divulgation d’enregistrements sonores réalisés à l’insu de Lino Zambito, lors d’une rencontre avec Marlene Cordato et Patrick Thiffault, ceux-ci étant alors des conseillers de l’opposition à Boisbriand.

Les propos tenus alors par Lino Zambito constituent une infraction au sens de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, puisqu’il tentait manifestement de convaincre l’opposition de s’abstenir de présenter un candidat à la mairie contre la mairesse en poste, Sylvie St-Jean.

L’homme d’affaires est condamné à une amende de 1000 $ plus les frais de cour et surtout il perd sa qualité d’électeur pendant cinq ans; il ne pourra donc voter ni être candidat, ni même être membre ou contribuer à un parti ou encore exécuter du travail partisan pour une formation politique, et cela tant aux niveau municipal, provincial que scolaire. (D.B.)

Organisations: Directeur général des élections du Québec

Lieux géographiques: Boisbriand

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires