Imbroglio autour de l’achat d’ordinateurs portables pour les profs

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Comme les autres commissions scolaires du Québec, la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMÎ) peut bénéficier d’une subvention gouvernementale dans le cadre du programme «L’école 2.0: la classe branchée», pour acheter environ 300 ordinateurs portables destinés aux enseignants.

Or, cette subvention gouvernementale vient avec l’obligation pour les commissions scolaires de faire l’acquisition des appareils via le Centre de services partagés du Québec (CSPQ), un regroupement d’achat.

Plusieurs commissions scolaires utilisent toutefois un autre regroupement, le Centre collégial de services regroupés (CCSR) et estiment que les prix et les conditions d’achat seraient plus souples avec ce regroupement.

Devant cet état de fait, les commissaires de la CSSMÎ adoptaient une résolution le 13 décembre dernier, mandatant la direction générale pour faire une demande d’escompte supplémentaire au Centre de services partagés du Québec relativement à l’achat de ces 300 ordinateurs portables.

On demandait aussi à la direction générale de procéder à une étude comparative des prix d’acquisition des ordinateurs selon les deux regroupements et de faire rapport au conseil des commissaires.

Une vérification faite la semaine dernière nous confirmait que ce point n’avait pas été à l’ordre du jour de la dernière réunion du conseil des commissaires du 24 janvier et ne l’était pas non plus à celui du mardi 28 février.

En dernière heure, nous apprenions toutefois que la CSSMÎ avait formulé une demande d’escompte additionnel auprès du Centre de services partagés du Québec et que le processus d’appel d’offres suivait son cours.

Organisations: Centre de services partagés du Québec, Commission scolaire, Conseil des commissaires Centre collégial CCSR

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires