La députée Charmaine Borg veut accroître la sécurité des remorques

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

La députée Charmaine Borg (à droite) était accompagnée pour l'occasion des dirigeants de l'entreprise R-SECUR-T de Terrebonne, fabricant d'un nouveau système de blocage automatique des roues de remorque en cas de désaccouplement.

Sensibilisée par une entreprise de sa circonscription, R-SECUR-T, la députée néodémocrate de Terrebonne-Blainville Charmaine Borg dépose le 26 septembre une motion à la Chambre des communes, afin d'améliorer la sécurité sur les routes, en exigeant que toutes les remorques soient équipées d'un dispositif de blocage des roues en cas de détachement du véhicule.

Les chaînes qui relient la remorque au véhicule ne constituent pas une protection suffisante, explique-t-on, elles sont souvent usées ou se brisent; d'autre part, les freins électriques ou hydrauliques installés sur les remorques sont plus ou moins efficaces en diverses circonstances.

Selon les dirigeants de R-SECUR-T de Terrebonne, le seul moyen efficace de prévenir de graves accidents en cas de désaccouplement de la remorque et du véhicule, c'est l'installation d'un système de blocage des roues en cas de détachement.

R-SECUR-T a investi temps et argent au cours des deux dernières années pour développer un système inédit de blocage des roues des remorques en cas de désaccouplement, système qui intéresserait aussi les compagnies d'assurance comme protection antivol.

Les accidents graves et dans certains cas mortels en cas de détachement de la remorque d'un véhicule sont fréquents, bien que les statistiques soient incomplètes à leur sujet, parce qu'ils sont souvent classés comme accidents routiers de véhicules. On estime qu'il y a au moins deux décès annuellement au Québec reliés à ces détachements de remorques et probablement plusieurs dizaines de blessés.

Si la députée Charmaine Borg a l'appui de son caucus pour déposer cette motion, la suite dépendra de l'intérêt du gouvernement conservateur envers la question. Il pourrait s'écouler plusieurs mois avant qu'elle ne soit débattue à la Chambre. D'ici là, R-SECUR-T amorce la distribution de son produit, qu'il estime pouvoir vendre à un coût de moins de 500 $.

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/JournalCourrier) et Twitter (@JournalCourrier)

Organisations: Chambre des communes

Lieux géographiques: Terrebonne, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires