Partenariat à géométrie variable!

Donald Brouillette
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Des capacités financières et des besoins différents pour Blainville et Boisbriand à l'égard du Centre d'excellence sur glace

Le mardi 3 juillet, le maire de Blainville et la mairesse de Boisbriand ont fait le point à nouveau, devant leur conseil respectif, sur leur vision et l'état de situation de la contribution municipale au Centre d'excellence sur glace Sports Rousseau.

Le sujet a été relancé en juin par un reportage du journaliste Alain Gravel de Radio-Canada qui faisait enquête sur le controversé programme de subventions aux infrastructures sportives du gouvernement du Québec.

Marlene Cordato a essentiellement répété devant les citoyens présents au conseil municipal du 3 juillet les propos qu'elle a tenus à Alain Gravel, puis réitérés dans une entrevue accordée au journal Le Courrier et publiée dans notre édition du 27 juin.

La Ville de Boisbriand a contribué jusqu'à maintenant à la limite de ses capacités financières au projet, soit en achetant et en cédant le terrain au Centre d'excellence, puis plus récemment en prenant charge de l'asphaltage du stationnement (3,5 M$), le Centre n'ayant pas les moyens de l'assumer, a résumé la mairesse.

Boisbriand n'est pas, comme Blainville, dans une situation de débordement de la demande d'heures de glace de la part de sa population, l'aréna local avec ses deux glaces suffit amplement à la demande et on loue tout de même 600 heures de glace annuellement au Centre d'excellence, «pour l'aider à prendre son envol», ajoute-t-elle.

«Il y a une limite à l'argent que la Ville peut mettre dans cette infrastructure-là», conclut à nouveau la mairesse.

D'ailleurs, il faut préciser que le Centre d'excellence est en défaut de paiement en ce moment, tant au niveau de ses remises pour taxes à la municipalité que pour le remboursement prévu dans le bail emphytéotique, a-t-on pu apprendre le 3 juillet.

Blainville est prête à allonger des sous au Centre d'excellence

Le maire François Cantin a exprimé sa vision par voie de communiqué le 14 juin, communiqué qu'il a lu intégralement et commenté lors de la séance du conseil de ville du 3 juillet.

Les besoins d'heures de glace sont en croissance à Blainville depuis plusieurs années, au rythme d'augmentation de la population. La possibilité d'utiliser le Centre d'excellence permettait à la Ville d'éviter de construire une nouvelle infrastructure coûteuse sur son territoire et de mettre fin à la location d'heures de glace dans des centres sportifs disséminés aux quatre coins de la région.

«Aujourd'hui, c'est 1350 heures de glace que la Ville de Blainville utilise (au Centre d'excellence), d'où notre implication plus importante dans le projet», précise le maire.

«Pour nous, il n'y a aucun problème à nous impliquer financièrement de manière plus importante car nous en profitons directement et nous nous assurons d'heures de glace pour des générations futures. La création de la régie (à venir) vise à garantir que ces engagements financiers soient sous la gouverne publique», ajoute François Cantin.

Actuellement, les deux villes de Blainville et de Boisbriand ont chacune un représentant au sein du conseil d'administration de l'OSBL qui gère le Centre d'excellence, un conseil de sept membres dominé par le privé.

François Cantin a tenté de minimiser l'impression que Boisbriand se désengage progressivement du Centre d'excellence: «Le projet de régie n'a pas de plomb dans l'aile, c'est le financement qui dérange Boisbriand», tranche-t-il. Blainville a pris l'initiative de travailler à l'élaboration d'un projet de régie et de le soumettre à Boisbriand, a-t-il aussi révélé.

Suivez-nous sur Facebook (http://www.facebook.com/JournalCourrier) et Twitter (@JournalCourrier)

Organisations: Centre d'excellence Le, Le Courrier, Ville de Boisbriand Ville de Blainville

Lieux géographiques: Blainville, Boisbriand, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires